Accueil > Sécurité routière > Allumage des feux de jour > Feux de jour : la FFMC s’adresse au Président de la République

Feux de jour : la FFMC s’adresse au Président de la République

dimanche 20 mars 2005, par emma.

Communiqué de presse

Devant l’obstination du Ministre des Transports concernant l’allumage de jour des feux de croisement automobiles, la FFMC s’adresse à Jacques Chirac.

Une délégation se rendra à l’Elysée mardi 22 mars à 11h00 pour lui remettre 140.000 signatures recueillies sur une pétition nationale qui demande l’abandon de cette mesure.

La FFMC exposera le double danger que celle-ci engendre :
- Les usagers fragiles ne seront plus visualisés puisque l’allumage des feux deviendra seul significatif de l’existence d’un véhicule circulant ; le risque d’une augmentation des accidents de vélos, motos, cyclomoteurs et piétons est manifeste.
- L’ensemble des citoyens est concerné par l’augmentation de la pollution qui résulte d’une augmentation de la consommation et qui est estimée à 1,3 million de tonnes de CO2 par an.

Avec une mesure « feux de jour » généralisée, on assisterait à une inversion des valeurs sur la route, car ce serait désormais aux plus vulnérables et moins visibles (piétons et deux roues) de devoir faire attention aux plus visibles et mieux protégés (automobilistes et camions). La position déjà ultra dominante des automobiles sur la route n’en serait que renforcée.

L’expérimentation actuelle ne peut en aucun cas être considérée comme scientifiquement valable, car la recommandation est suivie par moins de 20% des automobilistes et que les conditions météorologiques très rudes de ces derniers mois ont considérablement diminué la circulation, hors agglomération, des usagers fragiles.

La FFMC fera appel au Président de la République pour qu’il prenne en compte l’expression des 140.000 citoyens qui ont signé la pétition et qu’il intervienne auprès du Ministre des Transports, afin que la recommandation d’allumage des feux de croisement automobiles de jour ne devienne pas une obligation et soit abandonnée.

Les associations d’usagers vulnérables se sont largement exprimées contre :
- la FFCT et la FUBicy, les deux plus importantes fédérations d’usagers de bicyclette - la FNAUT, fédération des usagers de la route
- l’association de formation des motards
- le Conseil National des Professionnels de l’Automobile branche deux-roues
- la Mutuelle des Motards
- l’association Robin des Bois
- la FEMA
- l’UFC-Que Choisir Landes
- le GEMA, représentant plus de 50% des assurés de la route
- de même que plus de 140.000 citoyens qui ont signé la pétition, tous les élus qui se sont positionnés contre la mesure, et tous les Français qui refusent de l’appliquer.

Faute d’une avancée sur ce dossier, la FFMC maintiendra son appel à mobilisation le week-end des 9 et 10 avril.

PDF - 915 ko
Dossier de presse
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0